Le burnout ou épuisement professionnel

Sous ce terme  se cache un état d’épuisement général, à la fois psychique, émotionnel et mental.burnout

Depuis longtemps, le burnout n’est plus exclusivement un syndrome de cadre stressé. Au contraire, il se rencontre dans presque tous les métiers et activités. Il touche non seulement les personnes actives professionnellement, mais aussi les mères de famille, et les étudiants.

 Les causes du burnout sont multiples : manque ou excès de sollicitation, trop peu ou pas de compliments, sentiment «d’être mal traité(e)», perte de contacts sociaux, sentiment de perte de contrôle, conflits chroniques non résolus…

Lorsque le burnout est diagnostiqué, l’anxiété est devenue généralisée et il est malheureusement souvent bien trop tard pour interrompre l’enchaînement des conséquences de l’épuisement ; une période de repos normale n’arrive plus à rétablir l’équilibre.

Alors se sont installés insidieusement fatigue chronique et épuisement mental, démotivation, insomnie, problèmes digestifs, maux de tête et de dos, troubles anxieux, difficultés de concentration, repli sur soi, irritabilité et tout un cortège d’autres symptômes psychiques et physiques.

Comme avec une batterie trop intensément et trop longtemps sollicitée, seul un temps de déconnexion suivi d’un temps suffisant de recharge permet au corps et à l’esprit de retrouver l’énergie nécessaire à relever les défis de la vie quotidienne.

Je me souviens à quel point, ayant moi-même été touchée par ce syndrome il y a une quinzaine d’années, chaque minuscule défi quotidien représentait une tâche insurmontable à accomplir. S’habiller pour sortir acheter du pain me semblait tout simplement hors de la portée de mes possibilités.

Cette maladie est très douloureusement vécue, d’autant qu’elle touche la plupart du temps des personnes enthousiastes, engagées et très impliquées dans leur travail. L’interruption de travail peut donc être vécue comme une contrainte supplémentaire à intégrer.

Par ailleurs, les effets ravageurs de l’épuisement ne se voient pas toujours extérieurement, ce qui peut provoquer beaucoup d’incompréhension, de jugement, et de conseils inappropriés de la part de l’entourage personnel et professionnel, venant ainsi ajouter une pression douloureuse à une situation déjà à la limite du supportable.

Comment l’hypnose peut-elle aider les personnes victimes de l’épuisement professionnel :

  • Grâce à l’hypnose, un temps de ressourcement peut être vécu, offrant ainsi au consultant un espace où il peut se régénérer et reprendre confiance dans sa capacité à se sentir détendu de manière sécurisante
  • Un travail sur l’identification des sources de stress est important. Apprendre quels sont les éléments déclencheurs est un pas important vers l’apprentissage de la gestion du stress. On ne peut appréhender que ce que l’on connaît
  • En se connaissant mieux soi-même, une prise de conscience de ses propres limites est également déterminante. Savoir préserver son intégrité implique une conscientisation des croyances qui ont mené au burnout
  • Les personnes se retrouvant dans cet état, même si elles n’en ont pas conscience, l’ont laissé s’installer petit à petit, souvent sur une longue durée. Un travail de réapprentissage peut être fait par l’hypnose, afin de sentir consciemment les signaux du corps indiquant le passage à un niveau de stress trop important, créant ainsi la possibilité de mettre en place des réactions plus appropriées
  • Bien souvent, le fait d’être coupé de ses capacités à agir provoque des dégâts sur l’estime de soi et peut entrer en résonnance avec des événements du passé où un déficit de confiance ou un manque de soutien a pu être ressenti. L’hypnose permet d’effectuer un travail afin de restaurer progressivement l’estime de soi
  • Un travail de conscientisation des ressources personnelles de chaque client est une aide très précieuse pour lui redonner confiance dans sa capacité à se projeter positivement dans l’avenir
  • De manière plus générale, les séances peuvent réorienter le client vers la prise de conscience d’un meilleur équilibre entre vie professionnelle, vie familiale et vie privée, et permettre ainsi de donner du sens à ce qui a été vécu
  • L’auto-hypnose peut également être enseignée comme un moyen de s’offrir en toute autonomie, un moment pour se ressourcer, pour calmer l’anxiété, pour retrouver un meilleur sommeil et pour reprendre confiance en ses capacités personnelles

©Sylvie Fort, thérapeute en hypnose Ericksonienne, 09/2015

Consultations à Neuchâtel et Marin-Epagnier (Suisse)

079 612 95 42